BONS MOTS, VACHERIES ET GRANDES TIRADES (625 CITATIONS), SA VIE, SES PIÈCES, SES FILMS, 551 AFFICHES ET DESSINS...

Tout Sacha à l'écran

Films inspirés, écrits, joués ou réalisés par Lui
(extraits visibles en cliquant sur les titres en couleur

Abréviations utilisées ci-dessous : doc. = documentaire, réal. : réalisateur, coréal. = coréalisateur, scén. = scénariste, dial. = dialoguiste, act. = acteur

Oscar rencontre Mademoiselle Manageot, court-métrage muet de 3’50, 1914 (réal., scén., act.). Voir la photo ci-contre
Ceux de chez nous fut projeté pour la première fois le mercredi 25 novembre 1915 (réal.) au théâtre des Variétés, puis en divers lieux (voir la rubrique intitulée “Affiches de films 1”). Muet à l’origine (mais entrecoupé d’une causerie), ce documentaire en deux parties, réalisé pour contrer la propagande sur la culture germanique, fut sonorisé par Sacha en 1939 (projeté au théâtre de la Madeleine le 17 novembre) puis remanié avec la collaboration de Frédéric Rossif pour être diffusé à la télévision le 30 décembre 1952 (d’où l’extrait ici proposé)
Un roman d’amour et d’aventures de Louis Mercanton et René Hervil, muet projeté pour la première fois le vendredi 22 mars 1918 au Ciné-Opéra (scén., act.)
Une petite main qui se place, court-métrage muet, 1922, captation filmée de l’épilogue de la pièce éponyme (réal., scén., dial., act.)
La Voyante de Louis Mercanton et Leon Abrams, muet, 1923 (scén., act.)
The Lover of Camille de Harry Beaumont, muet, U.S.A., 1924, film inspiré du Deburau de Sacha Guitry (1918)
Seymour Hicks (à droite)
Sleeping Partners de Seymour Hicks, muet, U.S.A., 1930, film inspiré de l’adaptation théâtrale que celui-ci avait déjà réalisée et jouée à Londres, en 1917, d’après la pièce de Sacha Guitry intitulée Faisons un rêve (1916)
Le Blanc et le Noir, de Robert Florey et Marc Allégret, un film « 100 % parlant français », présenté le 21 mai 1931 au cinéma Olympia (scén., dial.)
Dîner de Gala des Ambassadeurs, 1934, court-métrage (réal., scén., dial., act.)
Une soirée à la Comédie-Française, de Léonce Perret, 1935, documentaire comprenant un extrait de la comédie Deux couverts de Sacha Guitry (scén., dial.)
Pasteur, présenté en privé le 27 mai aux studios de Billancourt puis en public le 20 septembre 1935 au cinéma Le Colisée (coréal., scén., dial., act.), avec la collaboration de Fernand Rivers
Bonne Chance, présenté le 20 septembre 1935 au cinéma Le Colisée (coréal., scén., dial., act.), avec la collaboration de Fernand Rivers 
Le Nouveau testament, présenté le 15 février 1936 au cinéma Marivaux (coréal., scén., dial., act.), avec la collaboration d’Alexandre Ryder 
Le Roman d’un tricheur, présenté le 18 septembre 1936 au cinéma Marignan (réal., scén., dial., act.), film qui invente la voix off 
Mon père avait raison, présenté le 27 novembre 1936 au cinéma Le Colisée (réal., scén., dial., act.) 
Faisons un rêve, présenté le 31 décembre 1936 au cinéma Marignan (réal., scén., dial., act.) 
Le Mot de Cambronne, moyen-métrage présenté le 26 mars 1937 au cinéma Normandie (réal., scén., dial., act.) 
Les Perles de la couronne, présenté le 12 mai 1937 au cinéma Marignan (coréal., scén., dial., act.), avec la collaboration de Christian-Jaque 
Désiré, présenté le 3 décembre 1937 au cinéma Marignan (coréal., scén., dial., act.). Photo ci-contre : Arletty, Sacha et Pauline Carton
Quadrille, présenté le 25 janvier 1938 au cinéma Marivaux (coréal., scén., dial., act.) 
L’Accroche-cœur (ou Riviera Express) de Pierre Caron, présenté le 23 septembre 1938 (scén., dial.)
Remontons les Champs-Élysées, présenté le 1er décembre 1938 au cinéma Normandie (réal., scén., dial., act.), avec la collaboration de Robert Bibal
Villa for Sale, 1938, adaptation par Rex Harrison de la pièce de Sacha Guitry intitulée Villa à vendre pour une télédiffusion aux États-Unis d’Amérique 
Double Chance ou Lucky Partners de Lewis Milestone, U.S.A., 1939 (remake de Bonne Chance)
La Huitième femme de Barbe-Bleue ou Bluebeard’s eighth Wife, d’Ernst Lubitsch, U.S.A., 1939 (act.)
Ils étaient neuf célibataires, présenté le 27 octobre 1939 aux cinémas Le Colisée et Marignan (réal., scén., dial., act.)
La Loi du 21 juin 1907, court-métrage sorti le 28 mars 1942 (réal., scén., dial., act.) 
Le Destin fabuleux de Désirée Clary, présenté le 4 septembre 1942 aux cinémas Marbeuf et Marivaux (coréal., scén., dial., act.), avec la collaboration de René Le Hénaff
Donne-moi tes yeux, d’abord intitulé La Nuit blanche, présenté le 24 novembre 1943 au cinéma Le Biarritz (réal., scén., dial., act.)
La Malibran, présenté le 3 mars 1944 aux cinémas Le Biarritz et Le Français (réal., scén., dial., act.)
De Jeanne dArc à Philippe Pétain, documentaire présenté au théâtre de l’Opéra le 23 juin 1944 (réal., scén., dial.)
Le Comédien, présenté le 19 mai 1948 au cinéma Le Colisée (réal., scén., dial., act.)
Le Diable boiteux, présenté le 27 septembre 1948 aux cinémas Marivaux et Marignan (réal., scén., dial., act.). Photo ci-contre : Sacha dans le costume de Talleyrand
Aux deux colombes, présenté le 28 juillet 1949 aux cinémas Marignan et Marivaux (réal., scén., dial., act.)
Toâ, présenté le 28 octobre 1949 aux cinémas Olympia, Alhambra et Les Portiques (réal., scén., dial., act.)
Le Trésor de Cantenac, présenté le 2 mars 1950 au cinéma Marignan (réal., scén., dial., act.)
Tu m’as sauvé la vie !, sorti le 20 septembre 1950 (réal., scén., dial., act.)
Deburau, présenté le 29 juin 1951 aux cinémas Le Royal et Le Méliès (réal., scén., dial., act.)
Adhémar ou Le jouet de la fatalité, présenté le 15 septembre 1951 aux cinémas Images, Ritz, Triomphe, Midi-Minuit et Cinémonde-Opéra (scén., dial.)
La Poison, présenté le 30 novembre 1951 aux cinémas Gaumont-Palace, Berlitz et Le Colisée (réal., scén., dial.)
Je l’ai été trois fois, présenté le 13 août 1952 au casino de Deauville (réal., scén., dial., act.)
La Vie d’un honnête homme, sorti le 18 février 1953 (réal., scén., dial.)
Si Versailles m’était conté, présenté le 15 décembre 1953 à l’Opéra (réal., scén., dial., act.)
Napoléon, film en deux parties présenté le 10 mars 1955 au théâtre national de l’Opéra lors d’une soirée de gala (réal., scén., dial., act.)
Si Paris nous était conté, présenté le 26 janvier 1956 lors d’une soirée de gala à l’Opéra (réal., scén., dial., act.) : voir le petit bonus à la fin de cette liste (*) 
Assassins et voleurs, inspiré d’Un roman d’amour et d’aventures et présenté le 8 février 1957 aux cinémas Paramount, George-V, Lutétia, Palais Rochechouart, Sélect et Folies (réal., scén., dial.)
Les Trois font la paire, présenté le 17 mai 1957 aux cinémas Gaumont-Palace, Aubert-Palace, Gaumont-Théâtre et Raimu (coréal., scén., dial.), avec la collaboration de Clément Duhour
La Vie à deux, de Clément Duhour, 1958 (scén.)
Au voleur ou L’Affaire Nabob (Affäre Nabob en version allemande, voir la photo ci-contre), de Ralph Habib, 1960 (scén.)

* Le vendredi 10 février 1956, pour la sortie de Si Paris nous était conté, Sacha Guitry fut enregistré chez lui par le journaliste et écrivain Louis-Albert Zbinden (parâtre de votre serviteur), qui réalisa par ailleurs une célèbre interview de Louis-Ferdinand Céline à Meudon, pour la Radio Suisse Romande. Or, l’entretien terminé, Zbinden, fort navré, s’aperçut que son Nagra n’avait point fonctionné. Beau joueur néanmoins, le maître accepta sur-le-champ de se prêter à une seconde prise de son, en répétant mot pour mot ce qu’il venait tout juste de dire, avec les mêmes intonations. Afin d’écouter cette archive de 1’03”, branchez le son et cliquez sur ce lien : LAZ

Les partisans de l'un contre Sacha et ceux de l'autre avec Lui (dessin de Carb)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire